Qu’est-ce que GeoNode et comment l’utiliser ? (2/2)

La semaine dernière nous avons vu ce qu’était GeoNode et ce que cette plateforme Open Source offre à ces utilisateurs non-enregistrés. Cette semaine nous allons créer un compte et charger puis publier des données.

1/ S’enregistrer

Comme la semaine précédente, nous utilisons la version de démonstration de la plateforme.

Une fois la page ouverte, en haut à droite de l’écran, vous avez la possibilité de vous inscrire ou de vous connecter. Nous allons d’abord nous inscrire.

Comme les sites que vous utilisez habituellement, on vous demande un minimum d’informations :

Voilà, vous êtes maintenant connectés. Dépendant de ce que l’administrateur a prévu sur le site, un email de validation de votre adresse email peut vous être envoyé. Mais n’oubliez pas que c’est une version d’essai et que certaines fonctions peuvent bugger ou ne pas être complètes.

2/ Que se passe-t-il une fois que l’on est connecté ?

2.1 Le profil

La page s’ouvre sur votre profil, que vous pouvez éditer à loisir.

Les changements, ajouts, et actions se trouvent dans le panneau de droite.

Une fois des couches, documents chargés et cartes créées, vous pourrez les visualiser dans cette page, mais uniquement vos données.

2.2 Charger des couches

 En cliquant sur déposer des nouvelles couches, une nouvelle page s’ouvre et vous offre la possibilité soit de déposer des fichiers, soit d’aller chercher des données.
Attention, vous ne pouvez charger que des shapefile. Aucun autre format n’est pour l’instant pris en compte.
Une fois votre fichier choisi, vous pouvez choisir l’encodage (important pour les accents par exemple) et ajouter des autorisations/droits/privilèges (panneau de droite) :

 

 

 

  • Qui peut voir la couche ?

Tout le monde, un/des groupes, un/des membres en particulier, seulement vous.

  • Qui peut télécharger la couche ?

Tout le monde, un/des groupes, un/des membres en particulier, seulement vous.

  • Qui peut modifier les métadonnées ?

Tout le monde, un/des groupes, un/des membres en particulier, seulement vous.

  • Qui peut modifier les données ?

Tout le monde, un/des groupes, un/des membres en particulier, seulement vous. Si personne ne peut modifier la couche, il faut la télécharger et la modifier comme bon vous semble, et éventuellement republier la couche avec vos changements. Il est rare d’avoir des administrations qui publient des couches et qui laissent le public modifier les données de façon ouverte.

Par exemple dans votre groupe A, vous souhaitez que B et C puisse voir et modifier la donnée alors vous ne donnerez les droits de visualisation et de modification qu’à B et C. Une fois la donnée modifiée et validée au sein de votre groupe A, vous pourrez changer les droits et permettre au public ou au groupe D de votre administration de visualiser la donnée.

  • Qui peut modifier la symbologie (styles) ?

Tout le monde, un/des groupes, un/des membres en particulier, seulement vous.

  • Qui peut gérer la donnée ?

En tant que propriétaire de la donnée, vous pouvez accorder à un/des utilisateur(s) ou groupe(s) de devenir gestionnaire de la donnée. Les données sont chargées dans GeoServeur. Une fois le chargement réussi, vous pouvez entrer les informations liées à la couche, les métadonnées, charger un SLD (fichier de style), gérer les styles.

2.3 Les informations de la couche

Maintenant que la couche est publiée, la page à laquelle les utilisateurs vont avoir accès s’ouvre (voir partie 1 du 3 septembre 2018). A la différence de la page utilisateur public, vous pouvez, en tant que propriétaire, éditer la couche, changer les autorisations.

Par défaut les informations sont minimales. Cela n’étant pas satisfaisant, nous allons éditer la couche.

2.4 Editer les couches – Les métadonnées

 L’édition des couches, concerne plusieurs aspects :

  • Les métadonnées
  • Les styles (symbologie)
  • L’image de prévisualisation
  • La couche (actions)

 

 

Editons dans notre cas les métadonnées en utilisant le formulaire pré-préparé (Wizard).

Ce formulaire vous permet de compléter les informations liées à la couche que vous avez publiée. Sur une version développée dans votre entreprise, division, ou compagnie, ce formulaire peut être fait sur mesure. Une des parties importantes de ces métadonnées concerne les licences et les restrictions d’usage.

 

Pour vérifier que la couche a bien été publiée et mise à jour vous pouvez retourner dans la page de présentation des données :

2.5 Les formats publiés et exploitables

Ces formats sont accessibles soient via le téléchargement, soit dans les métadonnées.

2.6 Editer les couches – Les features

Pour éditer la couche, vous pouvez :

  • Remplacer la couche existante,
  • La modifier (la carte s’ouvre – Voir le chapitre suivant sur faire des cartes),
  • Supprimer la couche

 

 

 

Remplacer la couche, vous ramène à la page pour déposer/aller chercher des fichiers. Mais cette fois-ci, il est précisé la couche à remplacer :

2.7 Faire des cartes

Comme un utilisateur public, vous pouvez créer vos propres cartes. Contrairement à un utilisateur non enregistré et qui n’a pas de privilèges, vous pouvez :

  • Exporter la carte
  • Enregistrer la carte
  • Editer la couche (Modifier les entités existantes et/ou ajouter des entités)

Cette option fonctionne pour les couches dont vous êtes gestionnaire, et pour les couches sur lesquelles vous avez des droits de modifications.

2.8 Charger des documents

 Sur la page d’accueil, cliquez sur « upload document ». Comme pour le chargement des données, vous allez choisir le fichier ou une URL s’il s’agit d’un document distant. Sur le panneau de droite, vous avez le même module dédié aux privilèges (téléchargement, modification, gestion de la donnée etc).

 

 

 Contrairement aux données qui sont limitées au shapefile, les documents peuvent être chargés dans 23 formats différents.

Les documents peuvent être liés à une ou plusieurs couches. C’est le link to, visible en bas de page (rectangle rouge ci-dessus).

Dans notre cas, nous avons associé le billet de blog consacré à la storymap sur les missions de James Bond au cours des films, à la couche des villes. Nous pourrions associé un texte de loi sur le traitement des géodonnées dans votre région, les standards de dénomination des champs dans votre pays etc.

3/ Conclusion

Dans cette deuxième partie dédiée à GeoNode, nous avons vu comment utiliser la plateforme pour

1) charger des données et des documents,

2) éditer les métadonnées et les données,

3) donner des privilèges sur les données et les documents

Comme pour une utilisation publique sans connexion, GeoNode reste d’une utilisation simple lorsque l’on souhaite mettre à disposition des données.

Les points négatifs restent pour moi le format des données (uniquement shapefile) et le fait que la version de démonstration ne permette pas de créer de groupe. Cet aspect, qui n’a pas été abordé dans cette partie, permet de créer un groupe de partage pour les données et de partager des données dans ce groupe sans que celles-ci soient visibles du public. Si vous êtes intéressés mais qu’une installation n’est pas possible sur un temps court, je vous conseille de vous s’inscrire sur la version de démonstration de CKAN et de créer vos groupes et vos organisations pour tester pleinement les fonctions que vous pourriez utiliser avec GeoNode.

Si vous disposez d’un serveur Ubuntu, prenez le temps d’installer GeoNode de développer/tailler l’application et votre plateforme selon vos besoins et vos envies. Attention, dans cette configuration vous passez aux modes administrateur et développeur, qui sont différents des modes utilisateurs que nous avons présentés dans cette série sur GeoNode.

Dans le cas où GeoNode ne correspond pas tout à fait à ce que vous recherchez, attendez notre prochaine série de posts qui seront dédiés à QGIS Cloud et QGIS Private Cloud.