1/ C’est quoi exactement QGIS Cloud ?

QGIS Cloud est une plateforme web SIG, développée par SourcePole AG (Compagnie suisse basée à Zürich), qui dans ses principales fonctions et son mode général d’utilisation, propose une alternative à ArcGIS online, avec des limitations nous le verrons.

1.1 Installation de QGIS Cloud

Comme pour ArcGIS online, il suffit de :

  • Créer un compte public gratuit en ligne
  • Installer dans votre QGIS desktop le plugin

Comme GeoNode (Voir billet 1 et 2), QGIS Cloud est présenté comme une SDI (Spatial Data Infrastructure), qui permet à l’utilisateur de publier publiquement des cartes, des services et des données. Mais contrairement à GeoNode, pas besoin ici de serveur, ni d’infrastructure, ni de développement ou d’administrateur. Tout se fait via votre compte et votre QGIS desktop. Une fois le compte créé, le plugin installé, vous pouvez commencer ! Facile.

Cependant, attention, car les données, cartes et services publiés, sont PUBLICS et limités à 50MB. Rien ne peut être mis en diffusion restreinte ou partagé avec un petit groupe d’utilisateurs. Il faudra dans ce cas utiliser d’autres versions de la plateforme : QGIS Cloud Pro ou QGIS Private Cloud, que nous verrons plus en détails dans les chapitres et article suivants.

 

1.2 Base de données, formats etc.

Outil Desktop Outil Web Outil Mobile Base de données Formats publiés Sécurité
QGIS QGIS Cloud WebGIS Client intégré à QGIS Cloud

PostgreSQL

PostGIS

WMS
WFSWFS-T

Mot de passe

Accès en SSH

Testé ici avec la version 2.18.12 Vous pouvez administrer la BDD via PgAdmin, QGIS DB-Manager, QGIS Browser Le format WFS-T peut être édité directement via le service web.

Note : nous avons testé la publication avec la version Bonn de QGIS et nous avons obtenu des erreurs. Nous avons dû repasser à une version précédente.

1.3 Pour résumer, QGIS Cloud est à utiliser si :

  • Vous cherchez une alternative à ArcGIS Online
  • Vous cherchez une alternative à coût zéro
  • Vous ne souhaitez pas développer ni administrer une infrastructure lourde
  • Vous n’avez pas de serveur, ni de base de données et ne souhaitez pas en installer
  • Vous n’avez pas de restrictions en termes de confidentialité pour la publication de vos données
  • Si vous n’avez pas beaucoup de données à publier (vous verrez qu’on arrive vite à 50MB en SIG)
  • Si vous ne souhaitez pas publier de carte(s) à usage commercial ou gouvernemental

2/ Comment utiliser QGIS Cloud ?

 

2.1 Dans QGIS

Dans le panneau latéral gauche, l’interface QGIS Cloud est visible comme l’explorateur de connexions, les couches etc. Dans l’onglet Account, il faut vous logger avec votre nom d’utilisateur et le mot de passe. Une fois connecté à votre compte, une base de données est créée, et apparaît sous votre nom d’utilisateur.

Vous pouvez maintenant ajouter des données à votre carte.

Quand votre carte est prête à être publiée, allez dans l’onglet Maps, et cliquez sur Publish Map. Un message va apparaître et vous demander de charger les données dans la base de données, cliquez sur oui si vous souhaitez charger les données et publier. L’onglet Upload data s’ouvre alors. Si vous souhaitez continuer le processus, cliquez sur upload data.

Attention, souvenez-vous que vous êtes limités à 50MB et à une seule base de données. Une fois la limite atteinte, vous ne pourrez plus charger de données ni publier de cartes.

Pour supprimer la base de données et en recréer une nouvelle vous pouvez le faire depuis QGIS en utilisant le gestionnaire de base de données. Vous pouvez aussi gérer vos couches, vérifier les tables, réutiliser les données pour d’autres cartes etc. Il est à noter que quelques compétences en gestion de base de données PostGreSQL/PostGIS seront nécessaire ici pour manipuler correctement ce gestionnaire.

Une fois que la carte est publiée, dans l’onglet Maps, vous obtenez les liens :

  • De la webmap
  • Du WMS
  • De l’administrateur de carte (client web)

2.2 La webmap et le map admin

La webmap est visible depuis le client web et se présente ainsi :

L’utilisateur peut :

  • Zoomer/Dézoomer
  • Chercher un lieu
  • Obtenir les informations des entités en cliquant dans la carte
  • Faire apparaître/disparaître les couches (Map and Tools en haut à droite de la carte)
  • Changer la transparence d’une couche
  • Utiliser l’outil Mesure (obtenir une position, longueur, surface, direction/cap)

L’administrateur de carte est accessible en ligne via votre compte lorsque vous êtes connecté.

Depuis cette page vous pouvez :

  • Accéder à la carte
  • Accéder au GetCapabilities du WMS
  • Voir combien de fois la carte a été vue
  • Quelle version de QGIS a été utilisée pour publier la carte
  • Date/heure
  • Les actions : télécharger le projet QGIS qui est derrière la carte publiée, éditer la carte, la supprimer.

Note : la partie Edition (Voir ci-dessous) pose un problème. En tant que propriétaire de la carte, il n’est pas possible de faire des changements comme le titre, les requêtes etc. La seule édition possible concerne les échelles. Dans la documentation ou le FAQ, rien n’explique pourquoi les cases sont grisées et interdites. Après avoir ouvert un ticket sur ce point, le support a confirmé que la version Pro est nécessaire pour éditer les cartes.

3/ QGIS Cloud Pro

QGIS Cloud Pro est la version payante de QGIS Cloud. Comme il n’y a pas de version d’essai de type 15 jours gratuits avec toutes les options, nous n’avons pas pu tester la version Pro.

Les seules indications viennent de la page de comparaison des options disponibles dans la version gratuite et la version à partir de 65€ par mois.

Les avantages :

  • Il n’y a plus de restrictions sur la publication de cartes à usage commercial et gouvernemental
  • Gestion de l’accès restreints aux cartes
  • 10 bases PostGIS au lieu de 1 donc on passe de 50MB à 500MB
  • 60 connexions simultanées par base de données
  • Support SSL
  • Sauvegarde quotidienne des bases de données
  • Edition de carte, customisation de la plateforme

Pour le reste, il faut payer (mensuellement) 20€ de plus par 1GB pour le stockage, et 60€ de plus par tranche de 10 bases de données.

Conclusion

Utilisation facile de cette plateforme dans tous ses aspects : connexion, installation du plugin dans QGIS desktop, publication de cartes, obtenir les liens à partager etc. Pour tous ceux qui ne veulent pas développer (et qui ne savent pas), qui ne veulent pas d’un serveur, qui ne veulent pas s’encombrer de la gestion de bases de données PostgreSQL et PostGIS, et pour ceux qui ont un minimum de données à partager, QGIS Cloud est un outil qui présente de nombreux avantages.

Cependant, un peu moins d’enthousiasme à l’utilisation de cette plateforme qu’à l’utilisation d’un compte public sur ArcGIS Online, ou de GeoNode.

Tout d’abord il y a la limitation de taille de la base de données. Les 50 MB sont vites atteints. Certains shapefile sont trop lourds pour cette plateforme.

Ensuite, le nombre de connexions à la base de données est limité à 10.

La version Pro offre bien sûr plus d’options et les contraintes disparaissent. Cependant, nous montons vite dans les prix dépendant de votre choix d’options et de vos besoins.

La semaine prochaine nous parlerons de QGIS Private Cloud.